EDRP Site

0

Qui a vu le zèbre ? L’invention de la perspective animale par Thibault De Meyer

Qui a vu le zèbre ? Un humain, un lion, une hyène ? Une illustration scientifique, aussi magnifique qu’intrigante, montre un zèbre tel qu’il est perçu par ces différentes espèces. Mais comment les biologistes s’y sont-ils pris pour construire cette série d’images ?

Pourquoi donc ont-ils cherché à reproduire le point de vue de ces animaux ? Sans crier gare, ce zèbre « multiplié perspectivement » ne titille-t-il pas la tradition perspectiviste focalisée, depuis la Renaissance, sur le seul œil humain ? Ne rappelle-t-il pas, d’une autre façon, les prises de vue semi-subjectives au cinéma ? Et puis, n’ouvre-t-il pas tout autant à l’idée que l’araignée, elle aussi, tisse des tableaux perspectivistes ?

0

Dionysos anthropologue. À propos d’Eduardo Viveiros de Castro par Patrice Maniglier

On peut dire qu’une métaphysique bouleverse le monde quand les propositions
spéculatives qu’elle formule accompagnent une transformation des opérations pratiques par lesquelles nous métabolisons notre monde. Il faut donc que les concepts deleuziens aient fini par changer nos manières mêmes de faire. C’est donc aux opérations effectives libérées par le « moment spéculatif » deleuzien à travers le travail de Viveiros de Castro qu’il faut maintenant s’intéresser de plus près.

0

“La connaissance comme saisie dans l’altérité de l’unité du vrai chez Nicolas de Cues” par Jean-Michel Counet

Nicolas de Cues est surtout connu des non-spécialistes pour sa critique du modèle cosmologique d’Aristote. Cette critique est développée dans le livre II de la Docte Ignorance. Nicolas y soutient que l’univers, contrairement à ce que le Stagirite affirmait, n’a pas de centre et n’est pas non plus une sphère : en fait il n’a pas de forme géométrique déterminée, parce qu’il est illimité, indéfini.

0

Perspektivität als Grundstruktur der Erkenntnis

Pendant longtemps, la philosophie a étroitement associé le thème de la perspectivité et du perspectivisme à Nietzsche et l’a souvent identifié au relativisme. Cependant, les recherches actuelles montrent que cette image réduite doit être corrigée. La perspective peut être comprise comme la structure de base de la connaissance humaine et peut également être utilisée comme concept central dans une épistémologie forte du pluralisme contemporain. 

0

“La double théorie du noème : sur le perspectivisme husserlien” par Étienne Bimbenet

Le noème est un objet directement philosophique. Il représente, de fait, l’une des grandes créations conceptuelles de Husserl. Il fait son apparition en 1913, dans les Idées I2, autrement dit dans un ouvrage ambitionnant de présenter la version officielle, et largement systématisée, d’une phénoménologie parvenue à maturité.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search